Jer'Echos

Jer'Echos

Le Noël de l'Amitié

 

 

 

 

DSCN4952.JPG

 

Vendredi 25 Décembre, les Amis de Jéricho ont fêté Noël.

153 repas ont été servis ce jour-là dans une ambiance festive et conviviale.

Devant les assiettes, des cartes de noël confectionnées par des élèves de 4ème de l’Externat Saint Joseph à la Cordeille.

Sur chacune d’elle, un petit message d’espoir et de réconfort pour les personnes accueillies. Un grand merci à ces enfants qui auront réchauffé les cœurs en ce jour de noël. Une carte avec quelques photos de noël leur a été envoyée avec des mots de remerciement de la part des accueillis.

 

DSCN4778.JPG
 

 

Pour la troisième année consécutive, notre fidèle Père Noël « Gilles »  a enfilé son costume rouge, sa barbe blanche ainsi que  sa hotte pour offrir à chaque invité un sac à dos et une écharpe tube, très à la mode cet hiver !

 

DSCN4836.JPG

 

Cette année ce sont les participants de l’atelier modelage animé par deux bénévoles qui ont fabriqué les personnages et les animaux de la crèche. Elle devrait s'agrandir pour l'année prochaine !

 

DSCN4730.JPG

 

Avant  de démarrer les festivités, un petit atelier esthétique est proposé par Cassandra pour les dames et les messieurs qui souhaitent se faire une beauté ; maquillage, paillettes et coiffure de fête pour être beaux en ce jour de noël !

 

Pendant le repas, 7 séminaristes sont venus en renfort pour le service, aidés également de quelques accueillis. Gilles Rebêche, le père Antoine Carli ainsi que Monseigneur Rey, l’évêque du diocèse de Fréjus-Toulon, sont venus partager le repas et offrir aux personnes quelques paroles fraternelles.

 

DSCN4921.JPG

 

La journée se termine tranquillement autour d’un café, de quelques crêpes et parties de jeux.

 

DSCN4751.JPG

 

Atelier d'écriture du 15 décembre 2015 sur le thème de Noël

 

Je suis barbu, les cheveux longs mais je ne suis pas le Père Noël.

Je n’ai pas de papa, ni de maman et je n’ai jamais connu Noël.

Je traversais de villes en villages où je voyais plein de lumières, de guirlandes et surtout un très grand sapin.

Je ne savais pas qu’il ne fallait pas toucher les paquets ; je me précipitais pour ouvrir une de ces grandes boîtes malheureusement vide.

Lorsqu’une personne me disait que ce n’était pas encore Noël, je lui demandais alors « c’est quoi Noël ? ».

Surpris, il me racontait et je comprenais ce qu’était Noël.

J’ai une grosse barbe et des cheveux longs mais je ne suis pas le Père Noël, quel dommage !

J’aurais tant aimé être le Père Noël, juste pour faire plaisir à tous ces enfants qui croient à cette magie et leur offrir des cadeaux que seul le Père Noël peut offrir.

Je ne suis pas le Père Noël et je m’appelle « Dédé ».

Pour moi, Noël est un rêve d’enfant mais je ne suis pas le Père Noël…

 

André

 


La fin d’un rêve de Noël

 

Du haut de ses dix ans, Christophe mon frère m’a dit un jour que le Père Noël n’existait pas et que c’était en fait les parents.

Qu'ils voulaient nous faire croire aux contes de fée, aux lutins, aux elfes et racontaient l’histoire de Noël et du Père Noël aux petits enfants avec cette innocence des enfants rois et des jouets en bois fabriqués par l’ébéniste et que l’on met à loisir dans un tiroir puis que l’on retrouve bien des années plus tard.

On nous fait alors avaler des oranges mais les enfants ne sont pas dupes.

« Bonsoir Père Noël ! » Maintenant je n’y crois plus, j’ai fini l’âge de l’innocence, il ne faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages !

 

Gilles Ornetti


Le jour où je n’ai plus cru au Père Noël…

C’était le soir de Noël, il y avait beaucoup de neige mais heureusement je portais mon écharpe.

Ma maman avait une robe et des escarpins, je me souviendrais toujours de ce doux parfum qu’elle portait pour les fêtes.

Bob, mon chat était dehors, il miaulait doucement derrière la porte d’entrée…

Il est 23h55 ! Dans 5 minutes, le moment tant attendu… l’arrivée du Père Noël.

C’est à 23h58 que je surpris ma maman, cachée dans la cuisine, elle avait un nounours, un livre, un origami et une épingle à cheveux qu’elle emballait soigneusement dans du papier cadeau.

Je compris à ce moment précis que le Père Noël n’existait pas.

 

Kévin

 


Petit Papa Noël

 

Pour moi, mon Père Noël était mon papa adoptif.

Il s’appelait Maurice, il avait toujours sur lui des rires, des étincelles et des étoiles qui brillaient de mille feux.

Je pensais que le Père Noël descendait avec son traineau et ses élans sur la neige jusqu’à la cheminée pour apporter les cadeaux.

Un matin, j’ai appris lorsque j’avais six ans que le Père Noël était en réalité mon papa.

 

Rachel Boncoeur 

 


Le jour où je n’ai plus cru au Père Noël, je devais avoir huit ans.

La veille de Noël, j’ai cru reconnaître la voix de notre voisin.

Quand je l’ai vu mettre les cadeaux en présence de mon père, je me suis aperçu que ce n’était pas le vrai Père Noël.

Alors, j’ai décidé de ne rien dire ni à mes frères, ni à ma sœur.

Je préférais attendre le lendemain pour ouvrir mon cadeau. J’avais reçu un superbe train électrique et tellement joyeux, j’en oubliais le voisin car la seule image que je garde, c’est la joie de mes frères et de ma grande sœur lorsqu’elle reçoit sa poupée.

Pour moi, Noël fait partie de notre innocence d’enfant, la joie, le rire et être heureux.

Merci Papa Noël !

 

Philippe Meynard

 

 



31/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 113 autres membres