Jer'Echos

Jer'Echos

Les Rois Mages

                          trois_rois_mages.jpg

 

 

 

A l’aube de cette nouvelle année, m’apparut le roi Melchior à l’orée d’un bois.
Il avait un port de tête altier surmonté d’une couronne en or incrustée de diamants qui brillaient de mille feux.
Il marchait majestueusement d’un rythme lent, s’approchant de moi, m’offrit de la myrrhe et de l’encens.
Nous nous assîmes sur un tapis volant et partageâmes la galette des rois.
Après m’avoir encensé de mille compliments, la magie opéra, mais la censure m’interdit d’en dire davantage.

Nelly

 

 

De l’or de la myrrhe de l’encens et pourquoi pas un bouquet d’épiphanie !!

Ces fleurs de noël qui lancent un parfum de bonnes nouvelles qui laissent les boites aux lettres ouvertes pour accueillir cette fleur qui ne se fane jamais.

On dit qu’elle s’ouvre à Noël  et se ferme au Printemps !!   

Je suis né sur un buisson d’épiphanie un beau jour de janvier le 7 et on m’a donné ce nom

Gaspard … et une étoile depuis me guide pour faire l’offrande à tous les gens qui ont perdu l’espoir.

Je cours à travers la terre avec d’autres porteurs qui laissent des fleurs qui apaisent les maux, les pleurs, les angoisses, endorment les enfants, calment  les plus nerveux.

Certains porteurs quand leur action est terminée, ils deviennent magiciens et on le droit à une couronne.

Et sous l’étoile les graines se mettent à pousser.

Sans eau seulement avec l’espoir d’un miracle et se mis à briller de mille feux.

Raymonde

 

Epiphanie

 

De l’or, de la myrrhe, de l’encens. Et Voilà !

Les animaux de bât sont chargés, c’est le soir.

Je suis inquiet car il nous manque Gaspar.

Je m’en cours, sans tarder, vers mon frère Balthazar

Qui me dit : « Sois patient, il sera bientôt là ! »

 

Là-haut, les luminaires sont éteints, sont absents.

Pourtant la prophétie prédit sans équivoque,

Sans faille, sûre et certaine, plus solide que le roc ;

Elle dit : « Vous partirez cette nuit au chant du coq

Où l’Etoile vous guidera tous trois très sûrement ! »

 

C’est pour quoi nous allons entreprendre le voyage

Vers la terre des Hébreux qui est soumise à Rome.

Là, naîtra Le Sauveur, Le Rédempteur des hommes,

Celui Qui rachètera de nos péchés la somme

Et dont L’Apparition doit nous rendre plus sage.

 

Nous avons donc quitté nos royaumes lointains,

Nos riches palais de marbre, nos familles et nos femmes.

Nous venons de l’Orient, du Ponant et de Cham :

La Voix du Tout-Puissant a allumé la flamme

En nos cœurs égarés. A chacun, Il dit : « Viens ! »

 

Et, cependant, j’ai peur, je suis au désespoir.

Car la nuit est ténèbres, elle ressemble à l’abîme

Dans lequel s’enfonce toute âme lorsqu’elle frime :

J’ai crainte d’avoir franchi du noir shéol les limes.

Aussi, j’attends le signe, je ne cesse d’y croire !

 

Si je vois L’Oint de Dieu, vois Son Epiphanie,

Je sais que ce sera pour moi la renaissance ;

Je n’aurai plus de doutes, j’aurai la connaissance :

Je sais qu’alors les hommes vivront dans l’espérance.

Ah ! Que s’allume l’Astre en présent pour nos vies !

Henri

 

 

De l’or, de la myrrhe, de l’encens et … voilà ce jour béni par tous les enfants de 7 à 77 ans : l’Epiphanie.

Jour frileux de mars, jour gourmand où tout est permis.

Les devantures des boutiques regorgent de friandises, gâteaux, sucreries de toutes les couleurs, à s’en lécher les babines, un régal pour les yeux.

Tout le monde joue le jeu : achète, distribue, consomme.

C’est la fête des papilles. Ah l’odeur des pralines chaudes et croustillantes !

Les ventres gargouillent, les yeux pétillent, les doigts sont tout collants de sucre.

Mais … à la nuit tombée, à la première étoile dans le ciel, Melchior, personnage  costumé, couronné, tel un roi, sillonne la ville, un bâton d’encens à la main.

La fumée odorante le signale et tout doit s’arrêter : plus de gourmandises dans les rues, vitrines vides, visages sérieux. Melchior est sérieux, il aime le silence, la vie austère.

Son histoire remonte aux temps anciens, celui de la disette, celui des famines où avoir une bouchée de pain était un luxe.

Melchior est là, pour rappeler la loi, la loi de la nature qui prône l’équilibre, le non gaspillage, les repas frugaux.

Il chante dans les rues les méfaits du sucre, les bienfaits d’une alimentation saine et naturelle.

Et à l’entendre, la journée écoulée semble être un péché.

Mais un jour dans l’année est bien vite oublié.

A l’aube, Melchior retrouvera son autre et les gourmands d’un jour s’en frottent encore le ventre.

Michèle

 

 

De l’or, de la myrrhe, de l’encens et l’étoile du berger sont des éléments essentiels dans la vie des rois mages.

Ils sont trois : ils se prénomment Gaspard, Melchior et Balthazar.

Ils sont venus tout droit d’Orient.

Grâce à ce qu’ils ont fait, ils ont su marquer le calendrier catholique.

Cet événement a pour nom l’Epiphanie.

La tradition de cette fête veut que l’on mange la galette des rois.

L’épiphanie c’est la période de Noël. Elle est fêtée le 6 janvier. 

On peut aussi appeler ce moment d’histoire le jour des Rois.

Cette fête de l’église est une manifestation du Christ aux trois rois mages.

William

 

De l’or, de la myrrhe et de l’encens, je suis Balthazar, l’un des rois mages.

J’apporte des cadeaux au petit Jésus, l’enfant divin, notre sauveur.

Les deux autres Melchior et Gaspard ont pris le bus d’Orient et moi Balthazar je suis venu en pétrolette à mazout, trois jours de charrette, trois jours de chameau et trois jours de pousse-pousse pour voir Jésus. On a tous suivi la Grande Ourse et l’Etoile du Berger  pour arriver à destination. On a traversé les tempêtes de sable.

Il paraît qu’on parle de nous, les rois mages dans l’épiphanie. Ça doit être ça, je pense ! Je ne vais pas vous retenir plus longtemps.

Salut et vive les rois mage !!!

Gilles 


19/01/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 113 autres membres