Jer'Echos

Jer'Echos

Les Murmures de l'Eté...

                   

 

Une glace, allongé sur la chaise, j’observe la mouvance des hautes herbes dérangées par le vent.

Je languis ce soir pour son dernier souffle.

Le ruisseau d’eau bien fraîche ni à l’étal, ni en crue, ainsi que le chant des cigales pour meubler le silence.

Je suis au milieu de la nature, et l’entend me faire des confidences.

Le son de la verdure dansante donne le rythme, accompagnée des chuchotis d’insectes, des chuchotements de fleurs qui se frottent et se froissent.

Je suis dans la douceur de vivre, cela me donne un deuxième souffle.

Regardez la végétation qui a changé, mais où sont passées les fleurs de printemps ?

Je regarde une envolée d’oiseaux et leurs jeunes de l’année, puis une nuée de papillons bleus autour d’une flaque qui porte encore l’odeur de la terre mouillée après la pluie.

Un groupement de voisins qui parle presque à voix basse me rejoint.

Je crois que pour aujourd’hui c’en est fini des murmures de l’été.

 

Dominique

 

                

 

Murmures d’été

 

Marmots chahutant sous les cieux profonds ;

Une danse étrange, dans l’air, des bourdons.

Respirations lentes des méridiennes.

Moutons blancs qui paissent très haut dans l’azur ;

Un souffle léger démêle ta chevelure :

Rare instant de paix à mon âme, la tienne

Et, déjà, je sais la trêve fragile,

Souffrance est mon lot et ma vie futile !

 

 Henri

 

                  

 

Un ciel bleu, une mer toute proche, m’incitent à la paresse, à l’esprit vagabond.

La crique est vide, le ciel est comme lavé, d’un bleu limpide, quelques nuages s’effilochent en lambeaux.

Le soleil se lève et entame sa balade spatiale.

Il est vif ce matin et pique déjà ma peau.

L’été vient juste de commencer et déjà, j’en pressens la fin.

Je voudrais tant rester seule à écouter le chant des cigales.

Les pensées se bousculent, les souvenirs affluent, je ne censure pas, je laisse venir, même les larmes...

Elles iront se perdre dans l’océan et laveront mon histoire.

Un souffle dans le dos trouble mon silence, c’est un enfant.

Sa bouche coquelicot, je voudrais qu’elle me chuchote : « Laisse-toi consoler par les murmures de l’été ».

 

Michèle

 

Pourquoi pas un jour d’été, me murmurer que ma vie serra plus joyeuse et plus simple pour l’avenir de mes enfants.

Et pouvez-vous me dire pourquoi les personnes étant à la rue sont regardées de haut ou évitées par des personnes riches ou pleines aux as !

Car juste une petite phrase pour nous remonter le moral, ça serait bien !

Mais évidemment, rien. Pourquoi ?

Pouvez-vous me l’expliquer…

 

Delphine

 

                             nuage en forme de coeur

 

Et puis cette histoire  me laisse dans une douceur de confidences avec un souffle où le vent à travers les branches du murier me fait rêver, minauder.

Entre  deux phrases dans la rosée du matin, douceur de vivre, de chuchotis en murmure de ruisseau.

Ça donne envie d’être unis dans l’amour.

On écoute le vent où le son d’une cloche de village l’emporte vers les nuages en forme de cœur où des rêves  qui se faufilent  à travers un champ de tournesols. 

Assis sous les arbres fleuris à partager un bon rosé et écouter les histoires d’antan  à la tombée  de la nuit douce de l’été,  les sons des grillons dans les hautes herbes,  on rayonne de plaisir quand on parle de tout et de rien qui rappelle des souvenirs où l’on marchait dans l’eau en croissant  des grenouilles avec leurs sons.

Mouvance d’été à travers le champ d’olivier où plus tard, le thym sera ramassé.

Une douceur utile dans ma vie qui m’aide à écouter le son de l’oiseau solitaire,  dernier souffle des murmures de l’été.

 

Raymonde

                                         

 C'est l'été    

Mouvance des insectes dans l'immense prairie ou paissent les bovins.
Tout la haut juché sur sa branche, urgence l'oiseau appelle sa belle.
Ramages de tous côtés couvrent la douce mélodie d'une rivière qui serpente dans les sous-bois.
Une chaude journée s'annonce, monsieur soleil est de retour et fait exploser  de joie les enfants qui s'éparpillent en criant.
Ce soir ils iront voir sur la petite place du village les saltimbanques en tournée
pendant que les parents installés sous la tonnelle et profitant de la douceur de la nuit prendront un verre entre amis. Plus discret,  un couple d'amoureux se chuchetera des mots tendres et se jurera fidélité pour l'éternité.
Le petit chien de la maison très indiscret pointera l'oreille pour mieux entendre les chuchotis et les murmures de l'été.

 

Sylvia

 

 

 



16/07/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 114 autres membres