Jer'Echos

Jer'Echos

Les mots et le patrimoine

Patienter avec le patrimoine

 

Je patiente avec ma patente pour vendre des fleurs. Comme pat (coups aux échecs), comme un être passionné de passe-droit, je parviens à rêver en participant à laver le parquet parmi les esclaves (conchita).

Je peux attendre longtemps avant de toucher un héritage de mes parents qui n’ont pas de bien sinon que des dettes.

Dans mon malheur car je ne suis pas solvable, y-a peu de chance que je les paye quand même. Y-a de la chance que pour les canailles «chance aux jeux, malheureux en amour ».

La vie c’est le patrimoine que ma famille m’a donné. Vingt ans que je fais partie des meubles de Jéricho, c’est mon patrimoine à moi, ça personne ne peut me l’enlever !

Je peux même plus faire du vélo normal, il me faut un vélo électrique et depuis que j’en fais je peux monter les montées sans descendre de mon vélo et me regarder le pousser !

Le seul petit patrimoine que j’ai, ce sont mes chiens ; Flynt et Goliath. Mes bébés adorés. Je sais on adore que Dieu mais enfin les pauvres, j’ai le droit de les adorer aussi !

Voilà, je laisserai mon patrimoine quand je mourrai ; mes chiens et mon vélo.

Un ami de Jéricho…

 

Gilles O


 Pendant que j’étais à la patinoire en train de glisser avec mes patins sur une belle glace toute blanche, je me suis ramassé une pelle où il y avait un pavoisement rempli de pécaris. Ensuite, je suis allé sur ma péniche où j’ai débuté mon pensionnat où j’étais perclus de perfection pour naviguer sur ma péniche.

 

Manu Poimboeuf


Journée du patrimoine

Pour moi, ce ne sont que des parlementaires, ayant du parfum sortant d’une parfumerie de mauvais augure.

C’est rouler un patin aux citoyens et patati, et patata et tralalère !

Tout ceci n’est que passable, cela reste toujours pareil,

Parcmètre, parascolaire, paramédicale… de leurs bouches, ce ne sont que des promesses !

Mais particulièrement, cela existe-t-il pour eux de partager ce patrimoine ???

Ils sont bien en tant que paroliers mais ce patrimoine nous appartient autant qu’à eux,

Nous ne sommes pas des passe-plats, nous sommes des citoyens et nous, on est Nous !

Cordialement…

 

Rachel Boncoeur


Patrimoine

 

Lorsque je me souviens du patrimoine qui m’a été légué par mon père, celui d’être peintre-tapissier, où j’habitais dans un petit patelin, perdu de chez perdu.

Alors qu’il avait bien neigé la veille, de bon matin je partais à la patinoire, j’espérais ne pas rencontrer des gens pathétiques qui s’étaient bien marrés la dernière fois lorsque j’étais tombé, créant de fines particules de glace. Mais la chute était bonne ; aussi une jeune fille m’avait aidé à me relever. Je me souvenais de son piercing dans le nez, je lui souriais tout en la remerciant. En rentrant chez moi, j’avais tellement froid comme si j’avais eu la maladie de parkinson. Mais ce doux parfum que cette jeune fille portait me donnait le courage

de rentrer dans mon lieu car le ciel s’assombrissait. J’espérais que les paramilitaires ne tarderaient pas à mettre le paragrêle. Je n’avais pas envie de me prendre les grêlons sur la cafetière. J’ouvrais la porte, glissant doucement sur mon parapet au coin de la cheminée où j’entendais les grêlons tomber.

Ouf !

 

Philippe Meynard


 Comme parisyllabiques ; pas facile à prononcer, c'est un mot latin  mais comment s'en rappeler ! On ne l'entend jamais sauf peux être les scientifiques comme parome encore un mot d’autre temps qui ne tient que dans les livres en particulation avec le musée des mots. Ce chef d’œuvre du patrimoine...il faut un passe-droit car depuis quelques jours ce merveilleux endroit est en parution dans tous les journaux. Et la journée du patrimoine tombe à pic pour la visiter ; des lourdes portes et un carrelage qui donne envie de faire du patinage. Tellement que ça brille mais on ne peut pas marcher en pataugas  ....

Les personnes qui l'ont construite n'étaient pas parotide....un mot que l'on ne connaît pas. Nous, on dirait contre fait...mais dans cet endroit sur les rayons il y a des livres qui donnent les définitions de ces mots.....c'est du pasteurisé ces mots que l'on partage quand on est ensemble on se dit paternaliste...et dans ces fauteuils de cuir....on se régale de découvrir le secret des mots, du vrai passiflore....en refermant la lourde porte de ce  musée  de mots,  nous sommes repartis... des mots pleins le cœur......

 

Raymonde

 

 



27/09/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 114 autres membres