Jer'Echos

Jer'Echos

Le Festin

 

 


 

 

Elle a toute la nuit tissé la belle aragne

Pour tendre son beau voile tout en brins d’argent.

L’aube l’a emperlé de minuscules diamants :

Il resplendit bien plus que les châteaux d’Espagne !

 

Le vent avec ses fils joue comme d’une lyre

Une mélodie douce aux ouïes des filles de Baal.

A tire d’ailes elles accourent pour s’inviter au bal

Et dansent dans les airs sur l’air qui les attire.

 

Elles foncent, mais aucune d’entre-elles ne gagne

La course qu’elles croyaient mener au prince charmant.

Toutes sont prises au piège des brillants filaments

Desquels la tisserande jamais ne s’éloigne !

 

 

Hachem


03/07/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 113 autres membres