Jer'Echos

Jer'Echos

"L'automne est le printemps de l'hiver" ( Henri de Toulouse-Lautrec)

                      arc enc iel nelly.jpg

L’été m’avait oubliée,

Je me suis réveillée

Dans la magnificence

D’un jour, en septembre.

J’emprunte le chemin du temple

Sous une pluie latente

A la recherche d’un trésor

La flamboyante demeure,

Dont le sol est jonché d’or

M’offre une palette de senteurs

Un éventail de couleurs

Que l’arc-en-ciel

Omniprésent a réveillé.

« Les arbres jettent l’or

De leurs feuilles

Par les fenêtres de l’automne » 

(Sylvain Tesson)

 Nelly

 


                                                 fuille rouge (chrystel).jpg

 

Les feuilles ont fière allure pendant tout l’été ; là toutes vertes, se berçant au gré du vent.

Puis vient l’automne, ce moment tant redouté. Elles savent qu’il faudra partir pour toujours, cela se passe comme cela dans l’univers.

Mais avec un peu de chance, elles l’espèrent, elles pourraient être oubliées et rester là jusqu’au printemps prochain !

Les plus anciennes le savent bien, elles vont tomber et caresser le velours de la terre jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. Elles vont donner de la richesse au sol pour que l’arbre Roi puisse s’enrichir et grandir et que la descendance puisse être assurée et que des saisons extraordinairement magnifiques puissent exister.

Les oiseaux nichés près du tronc connaissent les traditions et chantent à tue-tête pour que les au revoir soient moins douloureux. Les étoiles scintillent encore plus fort pour rappeler à nos « amies feuilles » qu’à chaque départ une étoile née !

C’est tellement légitime de ne cesser se demander : « Pourquoi moi ? doit se dire en tombant la première feuille qu’un arbre lâche à l’automne » (Grégoire Lacroix)

 

Chrystel


                                 rateau gilles.jpg

 

L’automne des arbres unis sont les feuilles tombées par terre. Cette trainée de feuilles orange et marron marquée par la saison de couleur nacre s’échappe en nuages. De l’arbre forme un banc de feuilles sur le sol. Les écorces sentent bon l’automne où l’encolure vire à la teinte de liège. Occupé par son temps, l’apprenti contemple l’arbre sans ses feuilles, d’ailleurs elles craquent sous ses pieds. Que j’aime les écraser quand il faut les ramasser avec le râteau-feuilles de l’apprenti  jardinier où j’aidais mon père. Je m’en souviens, je ne le faisais que pour lui faire plaisir ; encore aujourd’hui, je le fais pour ma propriétaire. « L’automne de la vie ne recueille que ce que chaque jour a semé » (Alphonse Gratry)

 

Gilles


                            foret-de-senart-26.jpg

 

J’aime l’automne, cette belle saison

Qui emprisonne le doux soleil venu caresser ma peau.

J’aime l’automne, cette magnifique saison

Où les araignées tissent leur toile à l’abri des feuilles presque mortes.

J’aime l’automne, cette curieuse saison

Où les écureuils cassent des noisettes du haut de leur branche dénudée.

J’aime l’automne, cette triste saison

Quand la forêt exhale ses parfums enivrants.

J’aime l’automne, cette douloureuse saison

Qui me donne de l’urticaire à l’idée que la page d’un été se tourne.

J’aime l’automne, parce qu’ « à l’automne, les arbres font des stripteases pour faire pousser les champignons ».  (Patrick Sébastien)

 

Nathalie


                     oiseau raymonde.jpg

 

Les feuilles restent accrochées. Encore quelques jours elles se balancent doucement mais quand le vent se lève, chaque  jour plus fort ;  une, puis deux se détachent  jusqu'à dénuder la branche et tombent harmonieusement sur la mousse pas encore épaisse.

Les noix commencent leur naissance, elles grossiront à vue d’œil.

Les oiseaux cessent  de chanter, leur nid est prêt pour l’hiver.

Nichés entre deux branches vides de feuilles, aucun ombrage ne les abrite.

Ils se serrent sous les feuilles tombées dans leur nid.

Les couleurs changent autour de cet arbre, les buissons font un éventail de rouge, marron, vert et donnent de la chaleur à l’unique saison.

Les pâles rayons passent à travers le peu de feuilles restant sur les branches où bientôt les bourrasques d’automne  viendront les arracher.

Le vent froid soulève le tapis de feuilles, s’engouffre à travers les nuages gris emportant tout sur son passage…… quand le vent  a cessé,  « l’automne raconte à la terre les feuilles qu’elle  a portées à l’été » (Georg Christoph Lichtenberg)

 

Raymonde     


                                  train.jpg

 

Pendant l’automne, le train passe devant l’usine. Il s’arrête ; un grand nuage arrive avec des orages. Des personnes  malpolies descendent du train en bousculant des voyageurs. Elles ne donnent pas l’exemple aux plus jeunes qui essayent de s’abriter.

« L’automne est une demeure d’or et de pluie » (Jacques Chessex)

 

Nordine


                                         automne brigitt.jpg
 

Les arbres se déshabillent, c’est l’usage, les toits se recouvrent de feuilles, on va gaver les oies pour la préparation future du foie gras.

Les nuages se font de plus en plus denses, ils se gorgent d’eau et éclatent violemment après une journée chaude. C’est écrit dans les livres dit le poète.

Le peintre est à son chevalet, sa muse près de lui, il peint la fin d’un tout et la naissance d’un autre ; Violemment, passionnément, il la gardera dans son cœur.

« A l’automne des saisons, ce sont les feuilles qui meurent. A l’automne de la vie, ce sont nos souvenirs. » (Flor Des Dunes)

 

Brigitte


                            vent michèle.jpg

 

Beauté automnale rime avec nostalgie d’un été tant attendu et déjà envolé.

La nature déploie ses appâts, elle tente de nous faire oublier le temps des vacances.

Magie des ciels griffés d’orange et de pourpre, nuages effilochés par la brise, du premier arc-en-ciel après l’ondée.

Dans les vignes, les raisins gorgés du soleil estival ploient leur feuillage, de rouille et d’or.

La mélancolie d’une saison finissante saupoudre la terre craquelée, encore desséchée par l’été.

La mort d’une saison rappelle l’urgence à vivre, à trouver le chemin tout étoilé d’amour.

Envie de citer un poète qui disait :

« Les nouvelles sont comme les feuilles d’automne. Le vent qui les porte les malmène » (Christian Bobin)

 

Michèle



30/09/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 113 autres membres