Jer'Echos

Jer'Echos

L'équipe de Jéricho à la découverte du jardin de La Castille

 

 

 

« J’ai prié le soleil, ce matin, pour qu’il nous accompagne dans cette belle journée au jardin du partage. Il a répondu présent ! Une journée chaleureuse nous attend» (Mélanie).

 

« Journée ensoleillée, j’espère pour une communion avec la nature » (Brigitte).

 

En effet, ce jeudi 4 mai est une journée particulière qui attend l’équipe de salariés de Jéricho.

Il s’agit d’une journée de découverte du jardin solidaire de La Castille car la majorité ne connaît pas ce beau jardin enchanté sauf peut-être à travers les articles du blog.

La matinée commence par une visite du jardin par Guylaine et Nathalie alors que les jardiniers se mettent déjà au travail.

Tout le monde est très admiratif à la fois de la grandeur et de l’exposition du terrain ainsi que des différentes plantations déjà effectuées et celles en cours.

 

DSC04325.JPG

Une petite équipe de jardiniers est présente aussi afin d’expliquer et montrer tout le travail accompli depuis ces derniers mois. Parmi eux,  Jonathan, Yannick, Didier, Bruno, Chérif et Rachel qui ont réussi à transmettre le virus du jardinage à certains comme Amerga, Radouane, Thomas, Cassandra...etc. et les filles de l’antenne sociale.

 

DSC04402.JPG     DSC04382.JPG

Pas si simple et quelque peu physique l’utilisation de certains outils comme la pioche, la serfouette ou la grelinette mais tout le monde a pris plaisir à partager un temps avec les jardiniers en participant notamment à la construction de nouvelles bandes de cultures ainsi qu’à la cueillette des fèves.

 

DSC04378.JPG

Christian exprime sa joie d’être parmi eux et rêve de rejoindre cette belle équipe : « Super jardin, super accueillis, super plantations, super ambiance, super endroit, bref c’est super !!! »

 

Pendant le temps du repas, Rachel propose une animation à partir de noms d’outils ou de plantes et d'arbres qu’il faut deviner et associer à une photo. L'échenilloir a d'ailleurs posé quelques difficultés pour remettre toute les lettres dans l'ordre !

 

DSC04366.JPG

 

Dommage, nous n’avons pas eu le temps de visiter la parcelle des figuiers.

Peut-être à l’occasion d’une prochaine rencontre.

 

Merci à l’équipe pour vos messages de soutien et d’encouragement :

 

« Un très joli lieu occupé par des âmes joyeuses, travailleuses et surtout bienveillantes. Gardez bien tout ça, continuez comme ça et vivement les paniers ! » (L.N.)

 

« Je suis très contente de visiter le jardin de La Castille. On a passé un bon moment avec toute l’équipe. C’est magnifique ce que les jardiniers ont fait » (Hela)

 

« J’aime bien ce jardin au bout de La Castille. On voit bien que l’équipe a mis beaucoup de travail dedans. En plus le projet innovateur est un modèle réussit et peut ouvrir une porte » (Thomas)

 

« Je suis très ravi d’être ici. C’est un jardin extraordinaire que j’adore. Merci aux bénévoles qui ont fait un très bon travail. C’est super ! » (Rachid)

 

« Belle journée au jardin de La Castille avec toute l’équipe de Jéricho ! » (Didier)

 

DSC04399.JPG

 

 Au jardin solidaire de la Castille

 

Avez-vous déjà passé une journée au paradis ?

L’idée du paradis religieux est une idée surfaite et une expression utilisée à outrance.

Imaginez plutôt un paradis terrestre de quelques ares qui courent le long de la Jonquière.

Encore méconnu du public, le jardin était aussi méconnaissable il y a un an.

Plantes et arbres en friche, ruisseau caché par les hautes herbes…  Les ronces étaient alors les gardiennes de ce paradis en herbe.

Grâce aux volontaires, ce lieu insuffle désormais des notes positives qui sculptent l’espace. L’énergie, la joie et l’espoir sont les seuls moteurs de ce jardin solidaire.

Rien n’est mécanisé, mais tout fonctionne avec de la patience et du savoir-faire.

Ce nouveau jardin est cultivé de façon raisonnée et résonne dans les cœurs comme le fruit d’un travail collectif.

J’ai eu la chance de passer une journée dans ce petit paradis.

Il m’a fait revenir en enfance ; lorsque j’essayais d’attraper les sauterelles pendant que mon grand-père coupait l’herbe à la faucille pour nourrir les lapins.

L’odeur de l’herbe coupée se mélangeait aux rires enthousiastes des volontaires.

Ce voyage dans le temps a été fatiguant et la Doloréane a eu besoin d’une bonne révision. Mais ce n’est pas tous les jours que l’on peut aller au paradis !

 

Alicia Saulnier



11/05/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 114 autres membres