Jer'Echos

Jer'Echos

Je me souviens...

Je me souviens

De ces années en arrière,

En 2011 surtout !

Où j’ai appris ma maladie.

Ce combat,

Je l’ai battu toute l’année

Pendant un an.

J’ai espéré et combattu

Ces moments si difficiles,

Cet espoir

M’a fait tenir chaque jour

Comme pour l’amour

Que j’avais chaque jour

Pour ma femme de l’époque

Tellement je l’aimais !

 

A présent,

Je vais mieux,

Faisant tout en sorte

Pour qu’elle ne revienne pas

Cette maladie !

Je vois les jours de mon avenir meilleurs

Où par le biais

De la chanson, car j’adore chanter

Et par aussi les voyages divers,

Entouré de familles ou amis

Pour découvrir des endroits,

Des moments inoubliables.

Tout ça pour vous dire

Que ce jour

Où je fermerai les yeux

A jamais

Je voudrai que quelqu’un

M’attende quelque part,

Surtout au Paradis !

Mes pensées vont surtout

Rejoindre ma famille disparue.

 

Didier Linharès


Je me souviens cette année-là  au printemps  au bord du lac, j’avais pêché une  truite. Une  première fois pour moi, je tirais sur la ligne tellement fort que j’avais peur qu’elle casse, et là,  je vis la truite voler à travers les nuages.  Elle retomba dans l’herbe, j’étais fière. J’ouvris le panier et referma aussitôt de peur qu’elle ne se sauve.

Nous parlons comment cuire la truite avec ma mère puis nous avons pique-niqué  sous l’arbre !!! Quand je repris la ligne, je demanda de l’aide mais en tournant la tête, je vis qu’ils étaient endormis. je lança la ligne qui resta vide.  Nous étions fatigués d’attendre , nous pliâmes le matériel et nous reprenions le chemins du retour avec le panier et la truite devant un coucher de soleil ……

A présent,  j’aimerais refaire tout  le printemps de cette journée  mais l’âge est là et mes pas sont plus lents.  J’ai toujours froid,  je suis en retard mais le soleil est déjà parti,  parfois il est là. Un petit rayon il m’attend !! Au bord de la rivière je vois les truites nager de toutes leurs forces, elles ont l’air de me narguer. Mais je suis heureuse de voir l’eau couler,  le vent me refroidit les joues,  je serre mon châle sur mes épaules puis je rentre et je décide d’écrire quelques mots. Mais j’écris de travers tant  pis,  il recevra ces lignes et comprendra que je voudrai que quelqu’un m’attende quelque part !!!

 

Raymonde


Je me souviens j’adorais grimper aux arbres avec le vent soufflant sur mon petit visage d’enfant.

Bien sûr il n’était pas très haut.

Mais le sourire était là.

La joie était présente bien que le temps ne comptait pas pour moi.

Les années ont passé, je me réfugie dans ce présent.

Mes souvenirs merveilleux d’où je partage avec plaisir mon sourire.

De participer à de nombreuses activités qui me rendent vivant.

Mais il y a toujours un vide auquel je voudrais qu’il s’estompe, peut-être une compagne.

Je voudrai qu’elle m’attende quelque part pour que mon chemin soit moins long.

 

Fifi


Je me souviens, il y a trois semaines, j’avais sursauté.

La moitié de mon aventure en France est déjà passée et plus le temps coule, plus je suis tombé amoureux de la Méditerranée. J’aurai voulu découvrir encore tellement de choses. De temps en temps, j’ai même rêvé de m’installer un jour au bord de la mer Méditerranée pour que je puisse profiter chaque année d’un été merveilleux et d’un hiver doux.

A présent, je vis encore en France et j’apprends la langue française avec plaisir.

Mais quand même, je suis en train de chercher et je voudrai que quelqu’un m’attende quelque part.

 

Thomas


Je me souviens, comme la vie était belle quand nous étions enfants, en famille, dans la bonne entente, entre nous et comme nous aimions les études !

A présent, nous sommes des adultes accomplis, qui aimons les chiens, et avons tous des enfants ! Que du bonheur ! Quoi de plus pour l’avenir, à part que je voudrai que quelqu’un m’attende quelque part, toujours !

Pour ne jamais être seule et toujours sourire à la vie !

 

Pierrette Coste


Je me souviens avoir été plus loin.

Nous dansions il y a longtemps après avoir ri par le passé où j’ai vu le Flynt il y a six ans. Il était tout petit et sage. Il ne voyait pas le mal quand il faisait des bêtises.

A présent, nous avons chanté au karaoké. Je suis moi-même comme toujours et je consulte la bible aujourd’hui pour savoir si je suis heureux avec mes deux chiens Flynt et son fils Goliath.

Aujourd’hui, j’ai mangé des bonbons à l’atelier d’écriture. Je n’ai pas vu Nathalie, dommage car je l’apprécie beaucoup, Raymonde aussi !

Je suis allé acheter des bonbons pour l’atelier.

A bientôt mes chers écrivains en herbe.

Bonne soirée à tous.

Je voudrai que quelqu’un m’attende quelque part…

 

Gilles Ornetti


Je me souviens de mon premier amour avec toi, ma chérie quand nous avons mangé au restaurant, et ensuite nous sommes partis en discothèque pour finir notre beau moment.

Mais c’est là que tu m’as dit que tu étais heureuse avec moi.

A présent, je joue aux boules et que cela dure encore…

Alors je prends le bateau et je voudrai que quelqu’un m’attende quelque part pour faire cette belle partie de cartes chez mes amis.

 

Eric Debesson



18/04/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 113 autres membres