Jer'Echos

Jer'Echos

Bravo !

 

                         

 

 

Grenoble ! Pour vos résultats lors des « Rencontres Nationales du Sport Solidaire » (R.N.S.S). Vous avez squatté les premières places aux compétitions de ping-pong et de pétanque. Que des sans-abri squattent, rien, là, que de très normal ! Mais vous fûtes assez généreux pour laisser à d’autres le soin d’occuper le podium du tournoi de football. Vous avez le sens du partage !

 

Partage ! Quel beau mot ! Il devrait être gravé sur les Tables de la Loi du Cœur !

 

D’ailleurs, passons-y, à table. Celle de l’assoce « Le Fournil ». Notre hôtesse sera Sarah. Petite dame énergique, volubile, toute en sueur. Elle sort juste d’un match et, c’est le souffle court, qu’elle s’assoit à nos côtés. Bien que son équipe vienne de perdre, elle est souriante et, fair-play, nous salue chaleureusement. Lui rendant son salut, je lui demande de me présenter « Le Fournil ».

 

Comme son nom l’indique, « Le Fournil » prépare et distribue des repas à ceux qui sont dans le besoin pour la modique somme d’un euro. Quatre-vingts par jour. Souvent plus, rarement moins ! Il est financé à hauteur de 90 % par la Direction Départementale de la Cohésion Sociale, la Préfecture de l’Isère, le Conseil Général et la ville de Grenoble. Les 10 % restant proviennent du prix des repas. Exceptionnellement, la vente de plats cuisinés lors de différentes manifestations (foires, salons, brocantes, colloques,…) lui apporte un petit ballon d’oxygène. Il assiste aussi les plus démunis dans leurs démarches administratives : accès aux soins, au logement, à l’emploi, … .

 

Etant « table d’hôte » par nature, « Le Fournil » travaille en étroite collaboration avec la Boutique Solidarité « Point d’Eau » qui met à la disposition des nécessiteux des douches et une laverie en self-service. Cette synergie est vraiment complémentaire puisque « Point d’Eau » ouvre ses portes de 8h à 12h et que « Le Fournil » prends le relais de 12h à 17h. Du lundi au vendredi tout le long de l’année.

 

« Le Fournil » promeut la « réhabilitation physique » en organisant des activités sportives (football, ping-pong, ski,…) et la stimulation intellectuelle par l’intermédiaire d’ateliers d’arts, de sérigraphie, de vidéastie, et la visite de musées. Il a aussi en projets un atelier des arts du récit et un de théâtre.

 

Et, ça marche. J’en veux pour preuve que, sur les sept joueurs présents aux R.N.S.S, cinq sont des habitués, des « permanents », qui, pour ne pas rater la fête, ont abandonné leurs addictions et s’entraînent intensément toute l’année depuis leur première participation en 2009 tant cette manifestation leur tient à cœur.

Vertus du « Men sana in corpore sano » ?

 

Non contents de ce qu’ils accomplissent le jour, les employés et les bénévoles s’impliquent dans les tournées vespérales du SAMU, « les maraudes », en compagnies d’un docteur de « Médecins du Monde » et d’une infirmière psy.

 

Leurs succès, ils les doivent à leur bonne volonté.

 

Aussi, si vous voulez faire un geste, quel qu’il soit, où que vous habitiez, vous pouvez sûrement aider l’une ou l’autre de ces structures qui n’existent que parce qu’elles sont nécessaires.

Renseignez-vous auprès du SAMU social de votre région. Il y aura toujours quelqu’un pour vous répondre et vous en remercier !

 

Partager, ce n’est pas donner aux hommes, c’est prêter à Dieu !

 

Bravo à Sarah et tous ses collègues. Bravo, Grenoble.

Bravo à vous tous, anonymes qui agissez. Et merci !

 

 

Hachem



08/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 114 autres membres