Jer'Echos

Jer'Echos

Bonjour Madame

 

 Lundi d’avril.

Seuls quelques alto-cirrus meublent l’azur limpide de cette journée de printemps qui rivalise avec celui des plus beaux étés.

Un léger souffle de vent vous rafraîchit.

Le mistral ?

Je ne sais, je ne suis pas d’ici !

Assis sur un muret, je feuillette mon carnet de poésies,

- j’aime la poésie -,

tout en sirotant un café en gobelet.

Je regarde les gens qui passent, aussi !

Il y a toujours des gens qui passent !

Ils sont intéressant, les gens !

Même quand vous ne les voyez pas vraiment !

Ils mettent quelques touches de couleurs sur le gris-noir de l’asphalte.

Ils égaient le bitume.

Justement, voici que se dirige vers moi une dame.

Pour moi, toute personne de sexe féminin de plus de vingt ans est une dame.

Naïf ?

Peut-être ?

On ne se refait pas !

Quand elle passe à ma hauteur,

je la salue d’un « Bonjour ! » sincère qui, dans mon esprit, signifie :

« Je vous souhaite de passer une bonne journée ! »

C’est, d’ailleurs, le sens de ce mot : Bon-Jour !

Mais qui y pense en le disant ?

La saluant donc,

- saluer quelqu’un, c’est lui espérer une vie sauve, exempte d’embûches -,

cette dame, en guise de réponse, m’apostrophe d’un :

« Jéricho, c’est en face ! » agressif !

J’en suis soufflé !

Peu s’en faut que ma bonne humeur ne se mue en colère.

Je réponds : « Je sais !

                   « Où est le problème ? »

Elle me rétorque : « Vous abîmez ma clôture ! »

Sa clôture ?

Je suis assis sur le muret d’enceinte d’une cité d’H.L.M.

D’où tient-elle que celui-ci lui appartient ?

Et, quand bien même : je ne suis qu’assis dessus !

 

Hachem.



17/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 114 autres membres