Jer'Echos

Jer'Echos

Aux Maraudeurs

 

 

Ce poème est dédié aux bénévoles du Samu Social de Toulon

 

                         

 

 

A vous qui sillonnez de la ville les artères

Aux heures où les bien-nés sans souci sont aux vêpres.

A vous qui recherchez les miséreux, les lèpres,

Et les lies, et les chancres qui s’endorment par terre :

Nous dédions ces mots. Comme un remerciement !

 

Il me semble très étrange qu’on vous nomme maraudeurs.

Vous, qui nous faites don des heures de votre temps,

En hiver, en été, en automne, au printemps !

Mais d’où donc vous vient-il ce surnom de voleur ?

C’est un truc à y perdre son latin, son flamand !

 

Quand à la saison froide, avant la nuit glaciale,

Vous nous tendez ces grandes bolées de soupe chaude

Qui nous tiennent au corps jusqu’aux prochaines laudes,

Ce potage merveilleux à des allures de graal,

De coupe d’ambroisie ou d’élixir fumant !

 

Tout autant que ces pains transformés en sandwiches,

Pour certains le premier, le seul repas du jour,

Nous semblent de chez Bocuse tout droit sortir du four.

Et s’ils sont aux rillettes, alors nous sommes riches !

Sûr, nous sommes impatients de vous voir. Oui vraiment !

 

Ajoutez à cela qu’il vous arrive aussi

Quand nous sommes blessés suite à une agression,

Ou bien encore après une vineuse discussion,

D’attendre les secours tout près de nous assis.

Pour tout ça, et bien plus : Merci infiniment !

 

 

Henri Meurant


24/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 113 autres membres