Jer'Echos

Jer'Echos

Adieu, Petit Louis !

 

Cinquante-quatre ans de vie, la moitié de galères.
Dans la rue, mais si fier. Bonjour, Petit Louis !

 

Tu quittas ta famille, tes étés pour nos froids
Et nul ne sais pourquoi. Bonjour, Petit Louis !

 

En hardes ou en habits, tu errais dans la ville
Telle une force tranquille. Bonjour, Petit Louis !

 

Non, tu n’es plus ici, tu as atteint les sphères
Musicales. Solitaire. Bonjour, Petit Louis !

 

Jamais tu ne nous dis ce qui te fit si mal,
Ce qui te mit bancal. Bonjour, Petit Louis !

 

Aujourd’hui, c’est fini, vaincu par le cancer :
Tu t’en vas vers le père. Bonjour, Petit Louis !

 

Bonjour, Petit Louis ! Au-revoir, Petit Louis !
T’as enfin résolu tes problèmes de blé
Et ta quête d’un lit : là, tu seras enterré !

 

Bonjour, Petit Louis ! Au-revoir, Petit Louis !
Voilà, tu l’as voulu, oui, tu t’en es allé,
Et, oui, tu es parti : tu as décanillé !

 

Bonjour, Petit Louis ! Au-revoir, Petit Louis !
Espèce de trou-du-cul ! Si tu avais parlé,
Ce que tu aurais dit, je l’aurais écouté !

 

Bonjour, Petit Louis ! Au-revoir, Petit Louis !
On ne s’est pas bien connus. Pourtant j’aurais aimé :
C’est trop tard aujourd’hui. T’inquiète car je te suis !

 

Adieu, Petit Louis ! A bientôt, Petit Louis !

 

Henri (décembre 2013)


14/12/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 113 autres membres